La crise écologique mondiale et l'activisme climatique*

From 4EDU
Revision as of 13:20, 12 August 2021 by Alex (talk | contribs)
Jump to: navigation, search

Plan de l’exposé

1. La situation actuelle du climat

- accélération du réchauffement inégale

- la fonte des glaces sur les pôles

- les changements dans les océans

- sécheresses et pluies torrentielles, le vent circumpolaire (jet stream)

- rendement de l’agriculture en baisse

- les émissions ne baissent pas : plans nationaux insuffisants

- climat invivable par les vagues de chaleur

- les riches émettent 50% du CO2


2. Les solutions du capitalisme vert

- le capitalisme vert veut combiner croissance continue et baisse des émissions : choix pour le nucléaire, attaques contre les salaires, le mensonge de la neutralité carbone

- le lobby agrochimique continue et détruit l’agriculture écologique, les forêts et … les peuples indigènes

- culpabiliser les populations et laisser les structures économiques intactes

- baisse des émissions par la plantations d’arbres : un mensonge

- miser sur les technologies dangereuses et non prouvées : capturer le CO2 et stockage en profondeur (CCS – carbon capture and sequestration)


3. Quelle stratégie ?

- pour un mouvement climatique anticapitaliste 

- les changements structurels nécessaires : énergie, transports, habitats, production industrielle, arrêter l’exploitation des sources fossiles…

- nécessité d’un plan climat pour la transition : nationaliser le secteur de l’énergie et des finances ; plan de développement des transports en commun ;(contre la fausse solution des voitures électriques)

- actions pour sauver le climat : blocages des projets nuisibles à tous les niveaux – lutte pour la reconversion et des emplois pour le climat – luttes des peuples premiers – sauver les secteurs de la pêche traditionnelle – arrêter la production de substances nuisibles (plastics, pesticides, …) et d’objets jetables

- produire moins, recycler plus, partager plus


Conclusion

Le capitalisme détruit la nature et la société humaine.

Sans renversement de ce système et de sa logique productiviste basée sur la concurrence et la croissance sans limites, on ne pourra pas sauver le climat.

Une nouvelle alliance entre humains et leur milieu naturel est une nécessité absolue.

La perspective écosocialiste est la seule qui pourra nous éviter la catastrophe totale.


Materiels de lecture:

Daniel Tanuro - Au bord du gouffre. Le scénario que le GIEC ne modélise pas [1]

Daniel Tanuro - Inondations: ceci n'est pas une catastrophe naturelle (carte blanche) [2]

Tatiana Fonseca Oliveira - Pourquoi l’Amazonie brûle-t-elle ? [3]

QI: Résolution sur la destruction capitaliste de l’environnement et l’alternative écosocialiste [4]