Belgique - ys13fr

From 4EDU
Revision as of 15:12, 24 August 2013 by Marijkecolle (talk | contribs)
(diff) ← Older revision | Latest revision (diff) | Newer revision → (diff)
Jump to: navigation, search

JAC Jeunes Anticapitalistes – LCR Ligue Communiste Révolutionnaire

Situation politique Belgique

La Belgique compte environ 10 millions d’habitants, dont 1 million vivent à Bruxelles. C'est un Etat Fédéral divisé en 3 Régions : la Flandre, la Wallonie et Bruxelles. D'emblée, ces régions présentent des différences économiques : taux de chômage élevé en Wallonie (chute du secteur du charbonnage, métallurgie) alors que l'économie Flamande est basée sur des industries plus stables (textile, ports, commerce etc).

Sept gouvernements : chaque communauté (3), chaque région (3), et le gouvernement fédéral. Bruxelles est à la fois la capitale de la Belgique, des communautés, de la Flandre, capitale européenne...

Actuellement, le gouvernement rassemble une coalition entre socialistes, libéraux et chrétiens francophones et flamands.

En FLANDRE, 30 % NVA (droite nationaliste, néolibérale et séparatiste, flirte avec l'extrême droite)

En WALLONIE le PS se pose en « protecteur francophone » par rapport à la NVA (cf. clientélisme). L’extrême-gauche est quasi invisible. Seul le PTB qui est en train d’émerger avec un score conséquent aux dernières élection communales (Parti du Travail de Belgique ; tradition mao-stalinienne; actuellement près de 6000 membres et quelques élus communaux).

Le 1er ministre (Elio Di Rupo) est au PS. Issu de l'immigration, socialiste et homosexuel. De là il gagne la confiance des gens mais en fait il applique l'austérité en toute impunité. Le gouvernement applique une politique d’austérité : détricotage des acquis sociaux, touchant principalement les jeunes, les femmes, et les travailleurs + de 50 ans.

• Prépension / retraite (plan instauré en janvier 2013 : hausse de 6 mois / an)

o en 2015 : une carrière dure 40 ans et on pourra prendre sa retraite à 60 si carrière de 42 ans.

• Chasse aux chômeurs / exclusion de dizaines de millions de chômeurs

o Dégressivité des allocations depuis 2012. Avant non.

• Conventions collectives sectorielles (collective agreements) : modification du modèle de « concertation sociale » les décisions du point de vue politique de l’emploi / sécurité sociale/ conditions de travail et salaires ne sont plus définies par les patrons et les travailleurs ensemble

• Gel des salaires

• Services publics

• Statut ouvrier / employé uniformisé mais à la baisse

• index

Modèle syndical : plus de 60 % de la population belge est syndiquée. Cependant il s'agit d'un syndicat de service. Il est notamment nécessaire pour l'accès au chômage. Les 2 principaux syndicats sont le chrétien (CSC) et le socialiste (FGTB, à l’origine fondé par l’ancêtre du PS, le POB – Parti Ouvrier Belge). Actuellement une partie des travailleurs ne fait plus confiance à la social-démocratie et cherche un nouveau relais politique, à la gauche du PS et d’Ecolo.


Rassemblement de Charleroi

A l'origine, cela part d'un appel de Daniel Piron (syndicaliste de la centrale régionale Charleroi Sud Hainaut de la FGTB) le 1er Mai 2012, pour avoir une représentation politique à gauche du PS et D'Ecolo. La LCR réagit dès le départ, et toutes les organisations de la gauche radicale suivent le mouvement, ainsi que plusieurs autres organisations. Celles-ci se réunissent depuis un an à Charleroi. Une partie du syndicat chrétien, la CNE (Centrale Nationale des Employés, branche de la CSC) à aussi répondu à l'appel.

A la base il s'agit d'un travail dans l'objectif ultime d'un front unitaire des petits partis de gauche, sans mettre une date objective pour un programme électoral.

Devant l'ampleur de l'initiative, le PTB y voit aussi un intérêt, surtout à partir du moment où le syndicat Chrétien rejoint la plateforme.

Pour la LCR les conditions semblent réunies pour une recomposition en profondeur de la gauche. La concrétisation de cette opportunité dépendra avant tout des choix que le PTB fera dans la prochaine période, c'est-à-dire en vue des élections de 2014 (Fédérales + Régionales + Européennes). Cela implique qu'il fasse une proposition permettant de concilier son début de percée électorale avec la chance historique qui s'ouvre de rassembler les forces de gauche en vue de changer structurellement les rapports de forces entre la vraie gauche d’une part, la social-démocratie et la démocratie chrétienne de l’autre.


LES JAC (Jeunes AntiCapitalistes)

Nous sommes une organisation de jeunes, étudiant-e-s, salarié-e-s et sans-emploi. Nous voulons contribuer à l’organisation des luttes de la jeunesse et à la diffusion des idées anticapitalistes au sein de celle-ci et de la société dans son ensemble. Nous fonctionnons en solidarité politique avec la Ligue communiste révolutionnaire, section belge de la IVe Internationale. Nous sommes implantés à Bruxelles. Il y a moins de membres aujourd'hui qu'à d'autres moments (cf. sections à Liège et Charleroi il y a deux ans) mais ils sont actuellement mieux formés, plus militants. C'est donc une évolution globalement positive.


ACTIONS 2012 :

 Les JAC faisaient partie de la plate-forme Stop répression contre les SAC (Sanctions Administratives Communales, mesures répressives introduites au niveau des municipalités, visant tout particulièrement la jeunesse et les mouvements sociaux)

 European Spring

 Stop Nucléaire Tihange ; manifestation annuelle pour l'arrêt des centrales nucléaires, qui à regroupé cette année 3000 personnes à Tihange.

 Plate-forme contre le décret Marcourt (privatisation, réforme de l'enseignement...)

 Plusieurs conférences sur l'austérité et les solutions envisagées pour en sortir

 Conférence sur la situation Syrienne, avec des intervenants syriens

 Manifestation contre les répressions policières

 Manifestation pour le droit à l'avortement

D'autres actions plus ponctuelles unitaires avec d'autres groupes de gauche, JOC, syndicat étudiant jeunes FGTB.