4/12 La crise et l'intersection des identités, nationales et sexuelles: Peter Drucker

From 4EDU
Revision as of 17:35, 7 November 2011 by Marijkecolle (talk | contribs)
Jump to: navigation, search

Résumé

‘La crise simultanée du capitalisme, du mouvement ouvrier et de l’alternative socialiste
a produit un tournant vers des identités qui ne sont pas des identités de classe
mais qui sont plus spécifiquement des identités nationales/ethniques et des identités sexuelles.
Le concept féministe d’
intersectionalité peut nous aider à comprendre
comment ces différentes identités se chevauchent, interagissent et s’affrontent,
comment leurs aspects réactionnaires peuvent être combattus et
comment les différentes luttes de libération peuvent se lier à la lutte contre le capitalisme.’

Plan de l'exposé

Introduction Présentation du rapporteur : identité nationale, ethnique et sexuelle Place de l’exposé dans l’école : en liaison étroite avec les exposés antérieurs
(crise, prolétariat, genre, migration) et à venir (mouvements sociaux) – et le rapport manquant sur la religion !
Question centrale : rapport entre la conscience de classe et d’autres identités
Crises (multiples) et replis identitaires (préexistants) ; formes de résistances et de réactions
Principes centraux : auto-organisation et auto-émancipation
Devise de l’exposé : citation de Lénine
Difficultés de l’exposé : diversité énorme des identités confessionnelles, ethniques et sexuelles
Analyse objective et expérience vécue, collective et individuelle : pour le débat
Trois parties mutuellement imbriquées:
intersectionalité, nationalisme-ethnicité, sexualité

1e partie. Intersectionalité
Un instrument d’analyse développé par les féministes de couleur
Les oppressions ne s’additionnent pas
L’adaptation du Marxisme par Brenner : restructuration capitaliste et privilèges relatifs
Vers un mouvement inclusif de la classe ouvrière, un mouvement (des mouvements) internationaliste
Autonomie et unité : une relation dialectique

2e partie. Nations et ethnies
Les enjeux politiques
Libération nationale et révolution socialiste au 20e siècle:
Yougoslavie, Chine, Cuba, Vietnam, Nicaragua
Luttes nationales contemporaines : Kashmir, Mindanao,…
… et mouvements ouvriers fragmentés par les conflits nationaux
Nationalisme et internationalisme : une contradiction du capitalisme
Les bourgeoisies ont besoin des marchés nationaux et des États nationaux
En même temps, les bourgeoisies doivent s’étendre au-delà des marchés nationaux
Limites de la compréhension de Marx et d’Engels dans le Manifeste communiste
Points de repère pour des prises de position sur les conflits nationaux
L’internationalisme abstrait ne suffit pas
Nations oppressives, nations opprimées
Le droit à l’autodétermination … même pour les ethnies non ‘nationales’
Mondialisation, nationalisme et crise
Intégration partielle et dépendante de la périphérie au capitalisme mondialisé … et à sa crise
Les luttes indigènes : souveraineté et autonomie
En Amérique latine : du Komintern (Mariateguí) au Nicaragua et à 1992
Chiapas : souveraineté mexicaine et autonomie indigène – et la Bolivie, l’Équateur, le Pérou?
La mondialisation armée, le ‘guerre contre le terrorisme’ et le monde arabe
Nationalisme, fondamentalisme et islamophobie
Immigré.e.s musulman.e.s en Europe – une question nationale au cœur des classes ouvrières Européennes
Identité nationale, religion, genre et sexualité
Avortement, homosexualité et catholicisme
L’impérialisme, défenseur des femmes et des LGBTs ?
Intersectionalité des oppressions : la question explosive du foulard islamique
Internationalisme et identités : vers une nouvelle culture internationaliste

3e partie. Sexualité et identités LGBT

L’essor des mouvements LGBT dans les pays impérialistes
Massivité des mobilisations
Dérives droitières récentes et tendances islamophobes (Pays-Bas, Danemark)
La libération LGBT, une lutte mondiale
Universalité de l’oppression
Impérialisme et homophobie
Les dimensions transgenre et bisexuelles
Les personnes LGBT dans la crise
Les immigré.e.s LGBT
Hétéronormativité, homonormativité et tolérance
L’enjeu : unité contre un système oppresseur en crise

Conclusion : le parti ouvrier comme tribune de tou.t.es les opprimé.e.s