2/12 La ˈnouvelleˈ classe ouvrière: Dan La Botz

From 4EDU
Revision as of 17:38, 9 November 2011 by Marijkecolle (talk | contribs)
Jump to: navigation, search

Résume

Le terme « nouvelle classe ouvrière » réfère aux changements profonds qui ont eu lieu dans la classe ouvrière, dans ses organisations et partis à travers le monde, comme résultant de la mondialisation néolibérale à partir des années 1980. Les changements dans les structures étatiques et l’introduction d’une nouvelle économie politique, ainsi que des technologies nouvelles et de nouvelles formes de l’organisation du travail ont produit partout des changements fondamentaux dans les structures des vieux partis politiques, des syndicats et des mouvements sociaux. On a vu un changement au niveau national et mondial des modèles d’industrialisation, un équilibre nouveau entre les industries, les services et l’emploi dans l’agriculture ainsi qu’un changement dans la composition de la classe ouvrière (dans les différents pays). Un nombre croissant de paysans, de femmes et d’immigrés sont entrés dans la classe ouvrière industrielle ou le secteur des services. L’industrie est en déclin en pourcentage de l’économie nationale aux É.-U. et en Europe tandis qu’il y a eu industrialisation à grande échelle et une expansion importante des services dans des pays comme l’Inde, le Brésil et la Chine. Le développement industriel de l’Afrique a stagné dans cette même période. Des chercheurs et des activistes ont parlé de « nouvelle classe ouvrière » en se référant à de nouvelles formes d’organisation des travailleurs souvent combinées avec de nouveaux mouvements sociaux et parfois des organisations non gouvernementales (ONG), des éléments de la « société civile » et les relations entre elles. Plus récemment, l’apparition d’un mouvement large multi-classe de protestations sociales dans le monde Arabe, en Europe, en Amérique Latine et même aux Etats-Unis, nous mettent au défi pour repenser le rôle de la classe ouvrière dans des mouvements populaires de masse et dans le contexte de luttes nationales et internationales pour la démocratie et le socialisme.

Plan de l'exposé

I. Quelques instantanés de la classe ouvrière en mouvement – 5min

  • A.Des vignettes doivent être ajoutées ici de la Chine, l’Inde, l’Amérique Latine, l’Afrique du Sud

II. La mondialisation néolibérale – 5 min

A.Le monde après la deuxième guerre mondiale avant la mondialisation néolibérale - 5 min

  • 1.Monde capitaliste – l’État providence social-démocrate
    • a.Le système état/parti/organisation du travail
  • 2.Monde communiste – État providence stalinien
    • a.Le système état/parti/organisation du travail
  • 3.Le tiers monde -
    • 1.aspirations révolutionnaires postcoloniales – un état providence
      • a.Le système état/parti/organisation du travail
    • 2.Réalités autoritaires – un état providence imaginaire
      • a.Le système état/parti/organisation du travail

B.Effets de la mondialisation néolibérale sur la classe ouvrière – 5 min

  • 1.État – pouvoir d’état au service du capital –
  • 2.Mondialisation néolibérale :
    • a.Fin du modèle d’industrialisation nationaliste de substitution des importations, tarifs protecteurs et quotas
    • b.Dérégulation et privatisation – entreprises et terre
    • c.Marchés ouverts et investissements étrangers – portefeuille IDE, terres
    • d.Réduction des budgets sociaux (salaire social) – santé, éducation
    • e.Avantages fiscaux pour entreprises et riches
    • f.Réduction du pouvoir des syndicats – voire plus loin
  • 3.Industrie, Services, Agriculture, Emplois dans le Public
    • a.Changements dans l’industrialisation, la production pour l’exportation
    • b.Érosion de la sécurité de l’emploi dans l’industrie et les services
    • c.Destruction de l’agriculture paysanne – le grand accaparement des terres
    • d.Déclin partiel de l’emploi public

C.Sur le lieu de travail, technologie, organisation du travail – 5 min

  • 1.Un processus continu, informatisation, contrôle numérique, conteneurisation, etc.
  • 2.Le soi-disant « management à la Japonaise » ou management par le stress
  • 3.Concurrence entre entreprises avec un syndicat qui contrôle les travailleurs
  • 4.Flexibilisation par les lois ou en pratique

D.Concernant les syndicats – 5 min

  • 1.L’état ou le parti d’état s’attaque aux syndicats
    • a.Dans certains pays, attaques violentes contre les syndicats et assassinats de leurs dirigeants et militants : la Colombie
  • 2.Les bureaucraties ouvrières refusent de se battre
  • 3.Les confédérations se divisent
  • 4.Effondrement des contrats nationaux et des conventions collectives
  • 5.Montée des syndicats maison
  • 6.Les employeurs contrôlent ou créent des syndicats maison
  • 7.Des syndicats maffieux dans certains pays

E.Partis ouvriers historiques institutionnalisés et apprivoisés– 5 min

  • 1.L’état contre les partis ouvriers
  • 2.Les partis ouvriers divisés au niveau interne – Mexique, Venezuela
  • 3.Les partis ouvriers subissent la rupture avec les syndicats
  • 4.Ruptures à l’intérieur des confédérations syndicales

III.L’expérience du mouvement ouvrier – 10 min

  • A.Vignette de la confédération Xela/Quetzaltenango, Guatemala
  • B.Luttes actuelles souvent contre un état ou contre des partis de gauche anciennement révolutionnaires
    • a.Afrique du Sud, exemple de l’ANC
    • b.La Bolivie de Morales
  • C.Regroupements de syndicats indépendants*
  • D.Alliance avec des groupes des communautés locales
  • E.Alliances avec le mouvement social
  • F.Parfois, alliances avec des ONG
  • G.Solidarité ouvrière internationale
  • H.Liens avec des partis de gauche et des partis populistes
  • I.Formation de nouveaux partis
  • J.Liens avec les nouveaux mouvements des indignados/occupy

IV.Des défis pour notre théorie – 7 min

A.Rôle de la classe ouvrière industrielle

  • 1.Centralité de la classe ouvrière, importance des syndicats – Engels,Situation de la classe ouvrière,
    Marx,Misère de la Philosophie, centralité des travailleurs industriels.
  • 2.Déclin en nombre de la classe ouvrière industrielle dans les vieux pays à économie capitaliste développée.
    Exemple:20% de la force de travail aux É.-U. est composée d’ouvriers d’industrie.
  • 3.Même dans les économies nouvelles, la montée de l’industrie est accompagnée et dépassée par la montée des services et des emplois publics.
    Faiblesse de ces secteurs de travailleurs.
  • 4.Bridge tender fallacy – un nombre restreint de travailleurs stratégiques possède plus de pouvoir à cause du « just-in-time » etc.
  • 5.Ceci nous pose la question du rôle de la classe ouvrière industrielle dans la classe ouvrière en général et en relation avec les autres classes.

B.Importance de la théorie du développement inégal et combiné – 5 min

  • 1.Développement combiné – en saute-mouton
  • 2.Inégalités de l’économie mondiale
  • 3.Inégalités des économies nationales
  • 4.Caractéristiques juxtaposées et parfois combinées des luttes
    • a.Luttes des paysans pour la terre,des travailleurs industriels pour les salaires
      et les conditions de travail, des employés des services pour la sécurité de l’emploi
    • b.Le public contre l’austérité et la corruption

C.Organisation et mouvement – 5 min

  • 1.Faiblesse organisationnelle actuelle des syndicats et des partis de gauche
  • 2.Importance des mouvements et des grèves pour construire des organisations
    • a.Luxemburg – La grève de masse
  • 3.Limites des syndicats dans des périodes d’insurrections révolutionnaires
    • a.Gramsci – articles de l’Ordine Nuovo
  • 4.Organisations ouvrières démocratiques au pouvoir : les conseils de la commune,les soviets, etc.

V.Les tâches du mouvement aujourd’hui – 8 min

A.Construction de syndicats indépendants – la tâche la plus importante

  • a.Syndicats indépendants au-delà de l’entreprise, réseaux nationaux, syndicats nationaux
  • b.Contrats type et contrats au niveau national
  • c.Solidarité ouvrière internationale

B.Construction d’organisations de communautés ouvrières de paysans/agriculteurs.

  • a.Luttes contre l’état et les propriétaires fonciers
  • b.Enlever les contrôle sur les villages par les machines politiques
  • c.Construire des associations de quartiers indépendantes de l’état et des partis

C.Créer des alliances avec les mouvements sociaux

  • a.Alliances fondées sur des relations réciproques et à long terme
  • b.Les mouvements comme facteur de politisation des luttes de la classe ouvrière

D.Participation aux insurrections et aux mouvements et organisations nationales et populaires

  • a.Rôle dans les grèves de masse – pays d’Amérique Latine, Grèce

E.Les mouvements qui fonctionnent dans un certain sens comme partis

  • a.Indignados - Espagne
  • b.Occupy – Etats-Unis
  • c.Défis : Anna Hazare – Inde ; Javier Sicilia – Mexique

F.Développement d’organisations révolutionnaires de gauche

  • a.Une base dans la classe ouvrière et les mouvements sociaux – essentiel
  • b.Théorie révolutionnaire – quels sont les éléments centraux
  • c.Direction révolutionnaire – qu’est-ce que cela signifie aujourd’hui ?