Impérialisme de l’U.E. et le cas de la Grèce

From 4EDU
Jump to: navigation, search

1

Impérialisme de l’U.E. et le cas de la Grèce

Eric Toussaint

IIRE Amsterdam

1er décembre 2015

-La construction européenne (quelques dates et points de repère)

-La réussite d’une certaine européisation du capital

-Il est clair qu’au niveau de l’intervention militaire et de la diplomatie l’UE vient loin derrière les Etats-Unis.

-Renforcement des politiques impérialistes notamment par les traités que l’UE signe avec des partenaires économiques : Accord de partenariat économique, Traités de libre commerce,…

-Les relations Centre Périphérie entre UE et Afrique, en UE et Amérique centrale,… entre UE et Est européen non membre de l’UE

- Les relations Centre Périphérie à l’INTERIEUR de l’Union européenne.

- Le cas de la Grèce

Quelques repères historiques

Grèce sous domination ottomane avant l’époque impérialiste

Devient indépendante en 1830 et passe ensuite sous « domination » britannique jusqu’aux années 1950

La seconde guerre mondiale et les conséquences en Grèce des accords de Yalta (notamment la poursuite de la domination britannique)

La junte militaire 1967-1974 appuyée par les Etats-Unis

Le début des années 1980 : parallélisme entre les deux premières années de la présidence social-démocrate de Fr. Mitterrand en France et d’Andréas Papandreou en Grèce.

Le tournant néolibéral.

L’adhésion à l’ « Union européenne » puis à la zone euro.

Pourquoi la crise qui a commencé en 2009-2010 ? Le sens du premier mémorandum.

Les résistances sociales.

La gauche radicale grecque : 1. Syriza, 2. Le PC grec (KKE), 3. Antarsya.

Le lancement de l’audit citoyen de la dette grecque en 2011 (voir les 10 premières minutes Vidéo http://cadtm.org/Greece-Why-Capitulate en français with subtitles in English, Espanol,…)

Le programme de Syriza de 2012 et son énorme succès électoral : http://www.ekathimerini.com/141399/article/ekathimerini/news/tsipras-lays-out-five-points-of-coalition-talks

Le programme de 2012 en 40 points : http://links.org.au/node/2888 (English) et en français: https://europegrece.wordpress.com/2012/05/13/le-programme-du-syriza-pour-2012-economie-immigration-securite/


Le tournant pris par la direction Tsipras en 2013-2014

Le programme électoral de 2014 : See also SYRIZA's 2014 governmental program: "Greece: What a SYRIZA government will do"

Pourquoi les capitales européennes, les institutions européennes, le Grand capital voulaient-ils un échec et une capitulation de Tsipras ?

Pourquoi Tsipras a-t-il adopté une orientation qui menait à l’échec et à la capitulation ?

L’accord néfaste du 20 février 2015.

Quel plan B aurait-il fallu appliquer ?

La création de la Commission pour la vérité sur la dette grecque.

Le référendum du 5 juillet.

La capitulation du 13 juillet.

Leçons de l’expérience grecque : -La nature de l’UE, de la zone euro, l’orientation des partis socialistes,…

-La nécessité de désobéir aux créanciers et aux traités européens, la nécessité de la socialisation des banques, la nécessité de mesures anticapitalistes… ;

-La préparation de la sortie de la zone euro ;

-La suspension de paiement (avec audit à participation citoyenne) combinée à des mesures fortes sur les banques, sur les impôts, sur le rétablissement des droits économiques et sociaux, la création d’une monnaie complémentaires étaient prioritaires par rapport à la sortie de l’euro (tout en y conduisant)

-La nécessité de la stimulation des mobilisations et de l’autoorganisation;

-La nécessité d’ouvrir un processus national constituant ;

-La nécessité d’une stratégie européenne.

Leçons pour l’Espagne et le Portugal.


Questions :

- Quelles étaient les mesures principales à prendre et les politiques à réaliser en Grèce à partir de février 2015 ?

Pourquoi la suspension de paiement de la dette était plus importante et pertinente qu’une sortie immédiate de la zone euro ?

Quels sont les changements entre le programme de Syriza de 2012 et celui de 2014 ?