7/12 Ecosocialisme : Laurent Garrouste

From 4EDU
Jump to: navigation, search

Materiel de lecture

  • Jean-Paul Deléage, La biosphère, p. 25 :

"La biosphère est le domaine de l’écorce terrestre occupé par es transformateurs qui changent les rayonnements cosmiques en énergie terrestre active. Ces modifications s’accompagnent de la migration de tous les éléments chimiques à travers la matière vivante. Dans ce processus, l’effet de serre joue un rôle décisif."

L’hypothèse Gaïa de James Lovelock

"La vie continue à entretenir les conditions de la vie. Elle interagit constamment avec son environnement physico-chimique, formant avec lui un seul être vivant, Gaïa, définie comme une entité complexe, comprenant la biosphère terrestre, les océans et l’atmosphère. L’ensemble constitue un système cybernétique qui recherche un environnement physico-chimique optimal pour la vie sur cette planète. Gaïa est donc plus étendue que la biosphère, puisqu’elle inclut la totalité de l’atmosphère, de la croûte terrestre et des océans."

  • Jean-Paul Deléage, La Biosphère, p. 32 :

"Le terme de cycle retenu par l’usage est d’ailleurs équivoque, car la plupart des éléments sont plutôt impliqués dans des ensembles de cycles et de pseudo-cycles étroitement enchevêtrés. Ces ensembles comportent de grands réservoirs non biologiques et à activité ralentie et des réservoirs de dimension modeste, où les échanges au sein des organismes vivants s’effectuent à des vitesses élevées. Dans tous les cas, les micro-organismes décomposeurs spécialisés constituent la porte de sortie de la matière organique vers le réservoir minéral."

  • Karl Marx, Critique du programme de Gotha, p.32 :

"Dans une phase supérieure de la société communiste, quand auront disparu l’asservissante subordination des individus à la division du travail et, avec elle, l’opposition entre le travail intellectuel et le travail manuel ; quand le travail ne sera pas seulement un moyen de vivre, mais deviendra lui-même le premier besoin vital ; quand, avec le développement multiple des individus, les forces productives se seront accrues aussi et que toutes les sources de la richesse collective jailliront avec abondance, alors seulement l’horizon borné du droit bourgeois pourra être définitivement dépassé et la société pourra écrire sur ses drapeaux : De chacun selon ses capacités, à chacun selon ses besoins."

  • Engels, Socialisme utopique et socialisme scientifique, III, p. 183-185 :

"La force d’expansion des moyens de production fait sauter les chaînes dont le mode de production l’avait chargée. Sa libération de ces chaînes est la seule condition requise pour un développement des forces productives ininterrompu, progressant à un rythme toujours plus rapide, et par suite, pour un accroissement pratiquement sans bornes de la production elle-même. Ce n’est pas tout. L’appropriation sociale des moyens de production élimine non seulement l’inhibition artificielle de la production qui existe maintenant, mais aussi le gaspillage et la destruction effectifs de forces productives et de produits, qui sont actuellement les corollaires inéluctables de la production et atteignent leur paroxysme dans les crises. (…) La possibilité d’assurer, au moyen de la production sociale, à tous les membres de la société une existence matérielle parfaitement suffisante et s’enrichissant de jour en jour, mais leur garantissant l’épanouissement et l’exercice libres et complets de leurs dispositions physiques et intellectuelles, cette possibilité existe aujourd’hui pour la première fois mais elle existe. "