États-Unis d'Amérique - Solidarity

From 4EDU
Jump to: navigation, search

Par Susan Dirr et Mike Cannon

La période politique actuelle aux Etats-Unis est caractérisée par un niveau très bas des mobilisations de la classe ouvrière, entrecoupé par des étincelles occasionnelles de résistance .Des candidats de gauche ou socialistes, hors des deux grands partis, doivent se battre pour obtenir 1% des votes lors des élections (nationales ou au niveau des états).
Les derniers dix ans ont vu quelques grandes mobilisations du mouvement anti-guerre et du mouvement pour les droits des immigrés. A partir de 2003-2004, plusieurs manifestations contre la guerre en Iraq ont rassemblé plus de 100.000 personnes. Mais ces six dernières années, le mouvement contre la guerre a complètement disparu. En 2006, des millions d’immigrés partout dans le pays ont manifesté pour une réforme de la politique de l’immigration des É.-U., avec certaines manifestations comptant 100.000 à 500.000 personnes. L’immigration reste une question importante, elle est une source de radicalisation des jeunes et a le potentiel de mobiliser les communautés.
En 2011, plus de 100.000 personnes ont manifesté pendant deux semaines contre la législation qui abolissait les droits de négociation collective par le secteur public et qui faisait des coupes importantes dans les services sociaux de l’État du Wisconsin. Six mois plus tard, c’est le mouvement de Occupy qui émergeait dans des villes partout aux Etats-Unis, ils critiquaient l’inégalité économique et le contrôle du gouvernement par le monde des affaires. Bien que le mouvement Occupy s’est dispersé depuis le printemps de 2012, il a changé la conscience politique des gens et crée ainsi une plus grande possibilité pour la construction d’un mouvement.
Cet automne, le syndicat des enseignants de la ville de Chicago (CTU) ont lancé une grève victorieuse contre les fermetures d’écoles, les privatisations et la détérioration des conditions de travail. Ceci fut la lutte ouvrière la plus importante des vingt dernières années et des membres de Solidarity y ont joué un rôle important.
Aux Etats-Unis, une action politique indépendante est souvent étranglée par le système bipartite. Ce qui crée des obstacles importants pour tout effort d’organisation en dehors du Parti Démocrate. Les votes de gauche aux présidentielles de 2012 ont rassemblé un peu moins de 1%. Solidarity continue à plaider pour des activités électorales en dehors du Parti Démocrate, mais la réalité politique des Etats-Unis est telle qu’un véritable parti de gauche n’est pas à l’ordre du jour dans un avenir prévisible.
La réélection d’Obama représente le rejet du programme raciste et anti-ouvrier du candidat républicain. Mais sur la plupart des points de programme, les deux candidats avaient les mêmes positions de fond. Beaucoup de gens à gauche étaient soulagés par la défaite des républicains et les mouvement d’activistes des É.-U. se préparent à lutter contre les politiques de privatisation de l’enseignement et contre les attaques des programmes sociaux (sécurité sociale, aide médicale pour les séniors et les pauvres) qui seront appliquées par Obama.
Solidarity est une organisation socialiste, féministe, antiraciste avec environ 300 membres, surtout présente dans la partie nord-est du pays. Lors de notre convention nationale de 2011, nous sommes devenus « organisation sympathisante » de la Quatrième Internationale. Nous nous trouvons actuellement dans une phase de transition des directions et nous travaillons au développement de camarades jeunes et à nos capacités internes. Historiquement, l’activité de nos membres s’est concentrée sur les problèmes du travail mais de plus en plus de camarades sont maintenant impliqués dans une série de mouvements divers, comme les droits des immigrés et les organisations étudiantes.